ÉQUIPE CANADA - Jeux du Commonwealth de 2022 à Birmingham, Angleterre

Dhesi couronne une journée de six médailles pour les lutteurs canadiens

La compétition de lutte des Jeux du Commonwealth de 2022 a officiellement été lancée le 5 août au Coventry Arena. Six Canadiens ont pris d’assaut le tapis de lutte au Jour 1, tous de sérieux prétendants aux médailles. À la fin de la journée, ils étaient tous debout sur le podium de leurs épreuves respectives, dont Amar Dhesi, le nouveau champion du Commonwealth chez les hommes 125kg.

Amar Dhesi – FS125kg

Amar Dhesi, de Surrey, en Colombie-Britannique, a reçu son laissez-passer direct en quarts-de-finale où il s’est mesuré au Jamaïcain Aaron Johnson. Dhesi s’est imposé avec un lacer des chevilles et a remporté le combat par la marque de 10-0.

Sa demi-finale était corsée, alors qu’il était opposé à l’Indien Mohit Mohit. À la suite d’une première période serrée, Dhesi a pris le contrôle de la seconde période et a remporté le combat par une marque de 12-2.

Cette victoire l’a reconduit en finale, où il s’est mesuré au Pakistanais Zaman Anwar. Dhesi, dont la famille a immigré de l’Inde au Canada dans les années 1970, a pu compter sur les encouragements d’une foule sympathique aux lutteurs indiens et a su tirer son énergie de leurs encouragements. Dhesi a marqué tôt dans l’affrontement et ensuite, après avoir sacrifié ses deux seuls points du combat, s’est trouvé en position dominante. Il a pu clouer son adversaire au sol et remporter la victoire par tombée, récompensé de la première médaille d’or de la compétition pour les lutteurs canadiens.

« C’est vraiment très satisfaisant. C’était pour ma famille et les gens à la maison. Je sais que les Jeux du Commonwealth sont importants au Canada, donc c’est un bon sentiment. J’ai vraiment lutté du mieux que je peux », a déclaré Dhesi après sa victoire. « Maintenant, je veux profiter de l’élan positif de ces Jeux et des Jeux panaméricains (où il avait aussi remporté l’or) jusqu’aux Championnats du monde. Je me sens comme si je n’avais pas de soucis, je vais lutter du mieux que je peux et je serai satisfait du résultat. »

Linda Morais – WW68kg

Linda Morais, de Tecumseh, en Ontario, a reçu un laissez-passer direct en quarts-de-finale où elle affrontait la Mauricienne Sephora Aza. Morais a rapidement pris le contrôle et remporté le combat en épinglant son adversaire.

Morais s’est retrouvée dans une position plus précaire en demi-finale contre la Néo-Zélandaise Tayla Ford. La pendule a basculé d’un côté à l’autre mais Morais en est ressortie vainqueur grâce à un pointage de 6-4.

Cette victoire l’a qualifiée pour la finale contre Blessing Oborududu du Nigéria. Le combat a été physique et laborieux marqué de peu d’occasions de marquer des points pour les deux lutteuses. Au final, la Nigérienne a obtenu la victoire par décision 5-1.

« Je suis un peu déçue d’avoir gagné la médaille d’argent mais en même temps, je suis excitée; les Jeux du Commonwealth sont une excellente compétition, on y retrouve beaucoup de bonnes compétitrices. Je suis contente de mon podium, mais ce n’est pas l’or », a avoué Morais. « De monter à 68kg c’est très différent des catégories de poids moindres. Quand tu es plus légère, c’est plus rapide et plus explosif, je trouve que la fatigue est différente maintenant mais je suis motivée car j’adore un nouveau défi. »

Lachlan McNeil – FS65kg

Lachlan’ McNeil, de North York, en Ontario, a lui aussi obtenu un laissez-passer en quarts-de-finale où il affrontait l’Écossais Ross Connelly. McNeil a contrôlé le combat du début à la fin et a gagné par la marque de 10-0.

En demi-finale, McNeil se mesurait à Inayat Ullah du Pakistan. McNeil avait une avance de 5-0 jusqu’à la pause, après quoi il a ajouté 6 autres points grâce à deux expositions en fin de match. Pointage final : 11-0.

La chasse pour l’or de McNeil s’est terminée contre l’Indien Bajrang Bajrang, le champion en titre du Commonwealth et médaillé de bronze des Jeux olympiques de Tokyo. Bajrang disposait d’une avance de 4-0 après la première période. McNeil a retranché deux points à l’avance de Bajrang et est passé très près de combler l’écart mais n’a pas pu retourner son adversaire. Bajrang a consolidé son avance pour éventuellement remporter le combat par la marque de 9-2. McNeil a dû se contenter de la médaille d’argent.

« Il y a des bonnes choses à retenir de ce tournoi », a déclaré McNeil. « J’ai bien performé contre le lutteur pakistanais. C’était serré mais j’ai trouvé une façon de gagner et de dominer, donc, je suis content de ça. En finale, même si je n’ai pas gagné, j’étais heureux de ma résistance et de ma ténacité. La foule prenait pour mon adversaire et je ne me suis pas laissé affecté par ça; j’ai lutté contre un médaillé de bronze olympique pendant six minutes. J’ai montré mon caractère et je suis heureux de ça. »

Ana Godinez Gonzalez – WW62kg

À son combat d’ouverture, Ana Godinez Gonzalez de Coquitlam, en Colombie-Britannique, a cloué son adversaire Abbie Fountain, d’Écosse, d’une ceinture de côté en pont en quelques secondes à peine. Une victoire qui l’a promue pour la demi-finale.

Godinez Gonzalez s’est ensuite mesurée à Omolayo Kolawole du Nigéria. Après une première période serrée, Godinez Gonzalez menait 4-2 à la pause. Elle s’est imposée en deuxième période et a gagné le combat par la marque de 10-4.

La victoire a permis à la Championne du monde U23 de 2021 de contester le match de la médaille d’or contre Sakshi Malik de l’Inde. Godinez Gonzalez a ouvert la marque et menait 4-0 à la pause. Toutefois, Malik a attrapé Godinez Gonzalez pour une fraction de seconde en deuxième période, l’épinglant. Godinez Gonzalez, déçue, a dû se contenter de la médaille d’argent.

« En général, ça s’est bien passé aujourd’hui mais l’argent, ce n’était pas mon but », a déclaré Godinez Gonzalez. « Je me suis sentie le mieux de toute la journée pendant le match. Mais en lutte, dans le moment, je n’ai pas été capable de m’arrêter et je devais continuer à bouger. Maintenant je vais examiner mes combats de cette année, corriger mes erreurs et me préparer pour les Championnats du monde. »

Hannah Taylor – WW57kg

Hannah Taylor, de Summerside, Île-du-Prince-Édouard, a lancé sa compétition contre Danielle Lim de Singapour. Dans ce match de quarts-de-finale, Taylor n’a eu aucun mal à vaincre son adversaire par supériorité par la marque de 10-0.

Cette victoire lui a permis une confrontation contre Odunayo Adekuoroye du Nigeria. Ce fut un combat difficile pour Taylor, qui s’est inclinée 10-0.

Cette défaite l’a reléguée au combat de la médaille de bronze contre Sophia Ayieta du Kenya. Taylor a pu se ressaisir rapidement et s’est acquittée d’une victoire par tombée en moins d’une minute pour s’assurer de la médaille de bronze.

« Je me sentais pas mal bien après ma victoire de 10-0 au premier combat », a expliqué Taylor. « Ensuite, j’ai malheureusement perdu 10-0 contre la championne éventuelle du Nigeria mais j’ai pu remonter la pente et gagner la médaille de bronze contre une excellente adversaire du Kenya. J’ai été capable de l’épingler en moins d’une minute. Je m’établis des objectifs élevés. Je suis contente de ma médaille de bronze. Je n’étais pas venue ici pour gagner la médaille de bronze mais peu importe la médaille, c’est toujours spécial de le faire pour le Canada. »

Alex Moore – FS86kg

Alex Moore, de Montréal, a ouvert sa compétition en huitièmes de finale contre le Nigérien Ekerekeme Agiomor. Le combat s’est avéré peu compliqué pour Moore qui a gagné par supériorité 10-0.

Moore a ensuite fait face à Suresh Warnakulasuriya du Sri Lanka en quarts de finale. Moore a à nouveau bien performé, remportant le combat par supériorité 10-0.

En demi-finale, il affrontait l’Indien Deepak Punia. Bien que le match ait été chaudement disputé jusqu’à la fin, c’est ultimement Punia qui l’a remporté 3-1.

La médaille de bronze était encore possible pour Moore qui a affronté Matthew Oxenham de Nouvelle-Zélande. Dans le match, Moore a rapidement lacé et tout était terminé. Il a rapidement marqué et gagné par la marque de 10-0.

« La médaille de bronze n’était pas la médaille que je visais mais je viens tout juste de me rétablir de blessures donc j’étais content d’être ici et de compétitionner », a déclaré Moore. « J’ai dû changer ma stratégie dans la demi-finale. Ce n’était pas ce que je voulais faire mais j’ai cru qu’une approche plus tactique fonctionnerait mieux. Il était un bon adversaire et j’en tire de bonnes leçons. »

La deuxième et dernière journée de lutte aura lieu demain, le 6 août, alors que six autres Canadiens seront en action : Madi Parks, Sam Stewart et Justina Di Stasio chez les femmes et Darthe Capellan, Jasmit Phulka et Nishan Randhawa chez les hommes. Pour des renseignements, complets, visitez la page de l'événement.